VDM : VDM ou pas ? Des femmes de ménage doivent rembourser 2,8M€ à leur patron

VDM : Après leur avoir accordé des primes, la Justice a tranché dans l’autre sens. Appliquant le droit français tout en détruisant des vies.

Publicité
NewsPar VDM /vendredi 30 novembre 2018 05:00Illustration- © iStock

Ici, on a l’habitude de s’amuser de nos petites galères, de celles de nos voisins, de nos familles et même de celles de parfaits inconnus. Mais certaines d’entre elles ne sont pas drôles. Et cela ne doit pas nous empêcher d’en parler. C’est donc ce qu’on a décidé de faire avec l’histoire de ces 183 hommes et femmes de ménage condamnés à rembourser un total de 2,8 millions d’euros à leur entreprise.

[Premium ⭐] #Marseille : les femmes de ménage doivent 2,8 M€ à leur patron https://t.co/vHo5zRiBwV #Faitsdivers pic.twitter.com/Kpwe1NrZz1

— La Provence (@laprovence) 28 novembre 2018

Tous employés, parfois à temps partiel, et payés au salaire minimum par la société Elior Services, ils avaient pour mission de nettoyer des cliniques et des hôpitaux marseillais. Vieille de dix ans, cette affaire concerne en fait des primes que certains employés ne touchaient pas alors qu’ils réalisaient le même travail que ceux qui en bénéficiaient. Sans surprise, tous les tribunaux ayant été saisis avaient tranché pour une compensation rétroactive, y compris en appel.

Mais dix ans après le début de l’affaire, la Cour de Cassation en a décidé autrement. Les 183 personnes concernées se retrouvent donc condamnées à rembourser entre 10.000 et 30.000 euros chacune à leur entreprise. Et ce qui passe le moins bien, c’est que pour prendre sa décision, la Cour se serait appuyée, selon le site de Capital, sur un article de la très polémique loi Travail réécrit dans le cadre des ordonnances Macron 2017. En pleine mobilisation des gilets jaunes sur le pouvoir d'achat, ça tombe plutôt mal.

Quand le mur du #WTF est explose https://t.co/pCgr5e3bHW #GiletsJaunes

— Ph. Moreau Chevrolet (@moreauchevrolet) 28 novembre 2018

Surtout que ces sommes sont loin d’être anodines pources travailleurs. Pour certains d’entre eux, cela représente de un an à deux ans de salaire. C’est dire si cette décision aura des effets catastrophiques. Dernière chance pour ces hommes et ces femmes : la Cour européenne des droits de l’Homme. Car en France, la messe est dite.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Est-ce une injustice, un coup du sort ou juste la Justice qui joue son rôle ? La justice sociale doit-elle prendre le pas sur la Loi ? Ouais, ce n’est pas une histoire marrante mais on a aussi le droit de se parler de choses graves.