VDM : Une célèbre statuette vieille de 30 000 ans censurée sur Facebook parce qu’elle est « trop sexy »

VDM : Vous connaissez Facebook, hein. Dès qu’un petit téton fait coucou sur une photo, on censure à tire-larigot. Même quand le téton en question est en calcaire oolithique, qu’il plusieurs millénaires et qu’il s’agit d’un chef-d'oeuvre de l’art paléolithique. VDM a toi, petite statuette.

Publicité
NewsPar VDM /vendredi 2 mars 2018 10:30

Une représentation de la célèbre «Vénus de Willendorf» datantdu Paléolithique supérieur, dont la version originale est conservée au Musée d’histoire naturelle de Vienne, en Autriche, n’a pas plu à certains algorithmes.

En effet, cette petite statuette, découverte en 1908 et haute de 11 centimètres seulement qui représente une femme dans le plus simple appareil a été tout bonnement censurée sur Facebook. Le cliché de la statuette avait alors été partagé par Laura Ghianda, une activiste des arts d’origine italienne.

Cette suppression curieuse, signalée par le Museum d’histoire naturelle de Vienne lui-même, interroge. "Nous estimons qu'un objet archéologique, et tout particulièrement une icône de ce type, ne doit pas être interdit sur Facebook, pas plus qu'aucune autre œuvre d'art", renchérit le musée à l’AFP, dont les propos ont été relayés par le Huffington Post. Et il n’y également aucune raison de couvrir ou de censurer sa nudité.

Christian Köberl, le directeur du musée, ajoute également n'avoir "jamais entendu parler de quelqu'un qui aurait été heurté à la vue de celle-ci". En même temps, il faut le chercher un peu pour y voir un clin d'oeil pornographique, hein.

En France également, le système de censure de Facebook est critiqué. Un homme a récemment affirmé que le réseau social avait fermé son compte suite à la publication du célèbre tableau de Gustave Courbet, «L’origine du Monde» qui représente un sexe féminin.

L’homme, qui a porté plainte depuis, attend la décision de la justice ce mois-ci. Ses avocats, quant à eux, conseillent à Facebook d’apprendre à différencier l’art à la pornographie, qui sont, jusqu’à nouvel ordre, deux choses complètement différentes. En effet, ce serait une bonne idée.